| Éram & moi
Livraison & retour gratuits en boutique

La fabuleuse histoire de la ballerine

A partir du XVIème siècle, les hommes et les femmes portent des chaussures proches de la ballerine, c’est-à-dire simples et plates. Malgré leur côté pratique et confortable, ce sont les talons qui deviennent à la mode pour les deux siècles suivants, jusqu’à ce qu’une certaine Marie-Antoinette se fasse décapiter en escarpins sur la place publique…

La véritable « ballerine » naîtra beaucoup plus tard, en 1932, dans l’atelier australien de Jacob Bloch originairement dédié à la confection de chaussons de danse. La technique du « cousu retourné » (technique qui consiste à coudre la semelle avant de la retourner) est mise au point par la fameuse Rose Repetto. On retrouve ses créations aux pieds de l’icône Brigitte Bardot, bousculant complètement l’image de chaussons de danse qu’on en a à l’époque.

S’en suit une véritable success-story depuis les 50’s. Les marques de luxe s’emparent du phénomène et créent des modèles aujourd’hui cultes, comme Chanel et son modèle bicolore, les Lanvin irisées ou les léopards de Repetto. Les ballerines sont partout, car pratiques, confortables et abordables.

Tous les grands chausseurs n’ont cessé de décliner cet incontournable, en jouant sur les matières, les couleurs et les formes. Ce qui était à la base un soulier pour danser s’est hissé sur le podium des must-have. La marque Eram propose elle-même chaque saison des dizaines de références inspirées des grandes tendances de mode, en cuir, glitter ou encore à bout pointu ou à brides.

Aujourd’hui, nous en avons toutes une paire dans notre sac pour courir après notre taxi ou rentrer à pieds après une soirée qui termine tard sans risquer de se tordre la cheville.

 

Publié le